OEIL

PUGET DE LA SERRE, LA CLYTIE DE LA COUR SECONDE ET DERNIERE PARTIE, PARIS, GUILLAUME LOYSON, 1635, P. 155-156

ARS 8°B20889

Un bel œil qui pleure ressemble au soleil lors qu’il est couvert d’une nuée à demy diafane, laquelle se fond peu à peu & se dissipe en pluye : car comme cét astre du jour voilé de ce petit nuage un peu transperant & remply d’eau distillante, se fait toujours admirer au travers de ce cristal liquide qui l’environne. De mesme un bel œil larmoyant & ombragé de l’ennuy qui cause ses pleurs ne laisse pas d’esclater & de luire vivement dans l’eau qu’il verse, parce que cét ombrage rehausse son esclat en l’adoucissant, & cet eau encore retenant quelque chose de la beauté de sa fontaine, on se trouve contraint d’admirer l’un & l’autre quoy que differemment. Je change de discours pour suivre mon sujet. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search