OEIL

PUGET DE LA SERRE, LA CLYTIE DE LA COUR SECONDE ET DERNIERE PARTIE, PARIS, GUILLAUME LOYSON, 1635, P. 155-156

ARS 8°B20889

Un bel œil qui pleure ressemble au soleil lors qu’il est couvert d’une nuée à demy diafane, laquelle se fond peu à peu & se dissipe en pluye : car comme cét astre du jour voilé de ce petit nuage un peu transperant & remply d’eau distillante, se fait toujours admirer au travers de ce cristal liquide qui l’environne. De mesme un bel œil larmoyant & ombragé de l’ennuy qui cause ses pleurs ne laisse pas d’esclater & de luire vivement dans l’eau qu’il verse, parce que cét ombrage rehausse son esclat en l’adoucissant, & cet eau encore retenant quelque chose de la beauté de sa fontaine, on se trouve contraint d’admirer l’un & l’autre quoy que differemment. Je change de discours pour suivre mon sujet. 



Citer ce billet
Suzanne Duval (2019, 6 août). OEIL. Proses de la première modernité (XVIIe-XVIIIe s.). Consulté le 20 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rjc8

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search