TRAVESTIE

Arsenal 8°B20889

Jean PUGET DE LA SERRE, La Clytie de la Cour. Seconde et derniere partie par le sieur de la Serre. À Paris, chez Guillaume Loyson, 1635.

Déguisée en homme pour traverser les océans, Lisis est capturée par des pirates et enfermée dans la prison d’un roi oriental. Elle rencontre un beau cavalier, Therside, lui aussi prisonnier, qui ne s’aperçoit pas de son travestissement et se laisse néanmoins séduire par ses charmes…. Avant de décider de se jeter chez les Capucins.

certes il y eust eu du plaisir à considerer l’action de Therside lors qu’il jettoit les yeux sur le beau visage de Lisis : car comme tous ses apas n’estoient faits que pour donner de l’amour, ils exerçoient puissamment leur empire dans le cœur de Therside pour luy ravir la liberté, quelque resistance qu’il y apportast, ne pouvant se resoudre à soupirer pour une beauté dont l’apparance du sexe luy deffendoit la jouyssance. Lisis qui cognoissoit par experience la force de ses attraits & de ses charmes, avoit mille plaisirs à voir Therside engagé dans un combat dont la deffaite luy seroit si honteuse selon la croyance qu’il en avoit, & comme elle estoit plus libre que luy dans cette sorte d’attaque, sans craindre la honte ny le reproche, elle se servoit du temps à propos, & tandis que Therside abaissoit les yeux pour ne pouvoir supporter l’esclat des siens, elle prenoit son avantage & contemploit à loisir sa bonne mine. De discours en discours il arrive pourtant qu’ils tomberent sur le mespris du monde & sur la vanité de ses plaisirs. Alors Therside qui avoit fort estudié, & qui d’ailleurs estoit en resolution par la raison de son vœu à tous moments ratifié, de reprendre l’habit des Capucins, commence d’entretenir serieusement Lisis en ces termes.

“Monsieur, luy dit-il, le prenant tousjours pour un Cavalier. C’est bel estude que celuy du monde, pour apprendre à cognoistre sa vanité.“

OEIL

PUGET DE LA SERRE, LA CLYTIE DE LA COUR SECONDE ET DERNIERE PARTIE, PARIS, GUILLAUME LOYSON, 1635, P. 155-156

ARS 8°B20889

Un bel œil qui pleure ressemble au soleil lors qu’il est couvert d’une nuée à demy diafane, laquelle se fond peu à peu & se dissipe en pluye : car comme cét astre du jour voilé de ce petit nuage un peu transperant & remply d’eau distillante, se fait toujours admirer au travers de ce cristal liquide qui l’environne. De mesme un bel œil larmoyant & ombragé de l’ennuy qui cause ses pleurs ne laisse pas d’esclater & de luire vivement dans l’eau qu’il verse, parce que cét ombrage rehausse son esclat en l’adoucissant, & cet eau encore retenant quelque chose de la beauté de sa fontaine, on se trouve contraint d’admirer l’un & l’autre quoy que differemment. Je change de discours pour suivre mon sujet. 

“Non je ne puis souffrir cette lâche méthode”

 

 

Molière, Le Misanthrope (1666), acte I, scène 1. [Alceste reproche à Philinte d’être excessivement poli avec tous les gens de la cour.]

 

 

ALCESTE — Je veux qu’on soit sincère, et qu’en homme d’honneur,

On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur.

PHILINTE — Lorsqu’un homme vous vient embrasser avec joie,

Il faut bien le payer de la même monnoie,

Répondre, comme on peut, à ses empressements,

Et rendre offre pour offre, et serments pour serments.

ALCESTE — Non, je ne puis souffrir cette lâche méthode

Qu’affectent la plupart de vos gens à la mode ;

Et je ne hais rien tant que les contorsions

De tous ces grands faiseurs de protestations,

Ces affables donneurs d’embrassades frivoles,

Ces obligeants diseurs d’inutiles paroles,

Qui de civilités avec tous font combat,

Et traitent du même air l’honnête homme et le fat.

Quel avantage a-t-on qu’un homme vous caresse,

Vous jure amitié, foi, zèle, estime, tendresse,

Et vous fasse de vous un éloge éclatant,

Lorsqu’au premier faquin il court en faire autant ?

Non, non, il n’est point d’âme un peu bien située

Qui veuille d’une estime ainsi prostituée.

Et la plus glorieuse a des régals peu chers,

Dès qu’on voit qu’on nous mêle avec tout l’univers.

 

 

 

  1. Étudiez les formes stylistiques de l’expression des idées dans ce dialogue. Vous serez notamment attentif / attentive aux marques de la généricité, au fonctionnement du lexique, aux procédés d’emphase, à la dimension polémique du dialogue, etc. (4 pt)

 

L’enchaînement des répliques fait apparaître un échange polémique : chaque interlocuteur défend un point de vue opposé. Alceste énonce d’abord une thèse générale (v.1-2) que Philinte réfute avec un raisonnement abductif, en lui opposant une situation concrète élevée à un niveau d’exemplarité (v. 3-6). Alceste réfute ce raisonnement en procède ensuite à un nouveau raisonnement inductif en tirant de quelques exemples (v. 8-18) une thèse générale (v. 19-22).

 

Le caractère polémique du débat se traduit par l’opposition des deux stratégies argumentatives qui s’affrontent. Censeur de l’hypocrisie mondaine, Alceste exemplifie cette position en ne respectant aucune règle de politesse. Il monopolise la parole (16 vers pour lui contre 5 pour Philinte), enfreignant ainsi la règle d’égalité (respecter l’espace discursif de l’interlocuteur). Il assume en outre une opposition frontale et ne ménage à aucun moment son adversaire, allant ainsi à l’encontre de la règle de cordialité (ne pas suraffirmer sa supériorité en disqualifiant le discours de l’autre). La tonalité presque exclusivement assertive de son propos, dans un discours où l’on aurait pu attendre davantage d’interrogations ou d’exlamations, est remarquable. L’adverbe de négation « Non », placé en tête de vers au début de la tirade d’Alceste (v. 7), puis répété deux fois au début du vers 19 pour introduire la période qui sert de clausule au discours, disqualifie explicitement et sans appel les idées exprimées par Philinte. La tirade est donc encadrée par une isotopie du sème [négatif] qui parcourt également l’intérieur du propos : « hais » v. 8, « inutiles » v. 11, « il n’est point » v. 18, « peu » v. 20. Enfin, Alceste procède à une recatégorisation péjorative de la thèse de Philinte au moyen de l’anaphore résomptive « cette lâche méthode », v. 7, puis en reclassant le singulier universel de son adversaire (« un homme ») en groupe socialement déterminé : « vos gens à la mode ».

 

Cette infraction à la règle de cordialité se traduit également par l’emphase excessive du discours d’Alceste, marquée par l’expression de la subjectivité, la prosodie, l’intensification et les figures. La présence d’un verbe expressif à la première personne au début de chacune de ses répliques (« Je veux qu’on soit sincère » v. 1, « je ne puis souffrir » v. 8), et en tête du v. 10 (« Et je ne hais rien tant ») projette sur l’ensemble de son propos une couleur passionnée et personnelle qui bloque la construction d’une communauté de pensée avec son interlocuteur.

Il en va de même de l’emphase prosodique inscrite dans la question rhétorique : « Quel avantage a-t-on […] autant ? » (v. 15-18). Ce procédé joue normalement le rôle d’une affirmation renforcée en programmant la réaction du co-énonciateur, mais Alceste désamorce ce fonctionnement participatif en formulant lui-même une réponse fortement désactualisée (« il n’est point d’âme un peu bien située… » v. 19-22). Placée à la clôture de sa longue tirade, cette dialogisation tend à refermer l’énoncé sur lui-même et à le rapprocher d’un discours monologique et sentencieux tel qu’on en trouve à la même époque dans la tragédie.

L’intensification prête également une coloration tragique à l’emphase d’Alceste. Elle est présente dans la quantification nulle (« aucun » v. 2, « il n’est point d’âme », v. 18), dans les intensifieurs grammaticaux (« tant que » v. 8, « la plus glorieuse » v. 20), et dans les hyperboles : « contorsions » v. 8 et « tout l’univers » v. 21.

La figure de rhétorique la mieux représentée est, sans surprise de la part de ce censeur de l’humanité, le paradoxe par antithèse : « l’honnête homme vs le fat » v. 13, « éloge éclatant vs faquin » v. 16-17 (l’antithèse s’accompagne, en l’occurrence, d’une variation diachronique puisque faquin est déjà un archaïsme au xviie siècle), « estime » vs « prostituée » (terme qui signifie « corrompu » à l’époque de Molière et ne prend un sens sexuel que par spécialisation). Les tours oxymoriques sont eux aussi paradoxaux : « je ne hais rien tant » (v.9), « peu chers » (v.21), qui associent les sèmes de la [négation] et de la [grande quantité]. Le langage d’Alceste est peu métaphorique, à une époque où ce trope est plutôt considéré comme une marque du style flatteur des courtisans. On trouve pourtant une métaphore qui appartient aux tours figés de la préciosité : faire combat de civilités (v.12). En effet, Alceste parodie les tours « à la mode » pour mieux disqualifier les mœurs mondaines. Les périphrases utilisées des vers 9 à 11 usent elles aussi du procédé typiquement précieux de la substantivation du verbe : « faiseurs » v. 9, « donneurs » v. 10, « diseurs » v. 11. Ces expressions fonctionnent à la fois comme des hyperboles, dans la mesure où elles grossissent exagérément un trait comportemental, et comme des amplifications, puisqu’elles s’étendent chacune sur un vers et qu’elles forment à elles trois une figure d’expolition. L’amplification est aussi assurée par la saturation des positions syntaxiques : triple apposition (v. 9-12), double relative épithète (v. 11-12), triple complétive (v. 14-16) et cinq COD au v. 16.

 

Au regard de ce discours trop emphatique, Philinte présente un modèle de cordialité caractérisée par les procédés de la sous-énonciation. La tonalité assertive de son propos est atténuée par des modalisations : l’impersonnel « il faut » au v. 4, assez fort d’un point de vue argumentatif puisqu’il énonce une nécessité, est adouci par l’adverbe « bien » au v. 6 qui comporte une nuance concessive, tandis que l’incidente « comme on peut » au v. 5 replace le propos dans le champ du possible et non plus du nécessaire. La présence à la césure et en tête de vers de trois verbes à l’infinitif contribue elle aussi à désactualiser le propos, de même que la formulation sentencieuse de la règle de comportement qu’il énonce : « Et rendre offre pour offre, et serments pour serments » v. 5, rendue mémorable par la parfaite régularité de ce tétramètre (3-3-3-3) et la fluidité de la coupe enjambante (off/re pour).

Chacun des interlocuteurs situe son point de vue sur différents niveaux de généralité, en utilisant plusieurs marques de généricité au niveau des pronoms personnels, des formes conjuguées, des syntagmes nominaux et du lexique.

On observe l’usage récurrent du pronom personnel « on » (v.1, v. 2, v. 15, v. 22) en emploi générique. Le fait que ce pronom puisse se substituer à tous les autres pronoms personnels donne à son emploi générique une nuance inclusive pour le locuteur et le destinataire du message, qui rend moins abstraits et plus persuasifs les énoncés dans lesquels il s’inscrit. Le pronom « nous » (v. 22) se substitue au pronom on en raison de sa position syntaxique de complément, de même que le pronom « vous » (v. 3, v. 15, v. 16, v. 17). Ces deux pronoms accentuent la valeur inclusive de on et ont une plus forte exemplarité que ce dernier, dans la mesure où ils généralisent l’énoncé à partir de l’instance singulière du locuteur, pour nous, et du destinataire, pour vous.  La valeur générique du pronom « vous » (v. 3) est plus intrusive, puisqu’elle place immédiatement l’interlocuteur dans la nécessité d’adhérer au cas de figure représenté et aux conséquences qui en sont tirées.

Les formes verbales au présent activent dans la plupart des cas une valeur modale orientée vers la généricité. Alceste part d’un présent actuel (« je veux » v. 1, « je ne puis souffrir » v. 6) avant de décrire au présent itératif les comportements des mondains (« avec tous font combat » v.13, « traitent du même air l’honnête homme et le fat » v. 14) et énonce enfin une loi universelle au présent gnomique : « Il n’est point d’âme un peu bien située/ Qui veuille d’une estime ainsi prostituée ». Un trajet semblable est effectué par Philinte, qui passe d’un exemple singulier au présent itératif (« Lorsqu’un homme vous vient embrasser avec joie »), à une nécessité morale au présent gnomique : (« il faut bien le payer de la même monnoie »).

 

L’actualisation des syntagmes nominaux participe elle aussi de la généralité du propos. L’absence de déterminant, même dans le cas où elle est contrainte par la préposition en ou de, actualise le plus haut degré de généralité en ne saisissant que le contenu conceptuel du substantif : « en homme d’honneur » v. 1 « offre pour offre », « serment pour serment » v. 5, « de protestations » v. 9, « de civilités » v. 12 « Vous jure amitié, foi, zèle, estime, tendresse » v. 18… Assez peu représenté dans ce texte, le déterminant défini générique présente lui aussi son référent comme une entité générale, sans viser une occurrence particulière : « du cœur » v. 2, « l’honnête homme et le fat » v. 13. L’usage de l’indéfini générique donne quant à lui valeur d’exemplarité aux situations concrètes qui sont envisagées (« un homme » v. 3 et v. 16. Il en va de même de la locution indéfinie « au premier faquin », v. 17. Enfin, le défini pluriel construit une référence présentée comme étant connue du destinataire et comme regroupant un nombre d’occurrences suffisamment grand pour être représentatif d’une classe. Or il est remarquable qu’Alceste s’exclut de cette classe, d’abord en utilisant le déterminant possessif de deuxième personne : « vos gens à la mode », ce qui revient à renvoyer agressivement Philinte à un groupe social jugé méprisable, puis en utilisant le déterminant démonstratif (v. 9-11), qu’on peut interpréter soit comme anaphorique, soit comme une exophore mémorielle par laquelle Alceste renvoie à une expérience du monde qu’il partage avec Philinte mais qu’il envisage en tant que spectateur et non comme partie prenante.

 

Lié à cette généricité, le lexique de ce dialogue construit une référence par le biais de laquelle chaque interlocuteur exprime sa vision du monde et son idéologie. La présence dans chaque réplique de l’hyperonyme « homme » (v. 1, 3, 13, 14), appuyée par les isotopies du sème [humain] (passim), du sème [abstrait] (« honneur » v. 1, « joie » v. 3, « mode » v. 7, « amitié », « foi » v. 15…) et du sème [affectif] (« cœur » v. 1, « estime » v. 15 et 19), signale la portée morale du débat. La fréquence des noms abstraits (en particulier des noms d’action) au pluriel (« empressements » v. 4, « contorsions » v. 7, « embrassades » v. 10…) marque la volonté de de dégager des constantes à partir d’une observation des comportements humains, méthode caractéristique du discours moraliste.

Dans ce cadre thématique, l’isotopie du sème de la [mondanité] (« embrasser v. 3, « empressements » v. 4 , « civilités » v. 10) marque la rupture entre le point de vue d’Alceste et celui de Philinte. Dans la bouche de Philinte, la mondanité se combine avec le sème [affectif], alors que chez Alceste, elle s’associe aux sèmes [péjoratif], [vice], [vanité], [hypocrisie]. La figure de dérivation lexicale opérée d’une réplique à l’autre met cette divergence en relief : « embrasser avec joie » vs « embrassades frivoles ». Alors que chez Alceste, le discours sur les mondanités s’articule à une orientation axiologique marquée par l’isotopie du [vice] et de la [vertu] (« lâche » v. 6 « affectent » v. 7, « frivoles » v. 18 « prostituée » v. 19 vs « sincère » v. 1, « honneur » v. 2, « cœur » v. 2 « estime » v. 15 et 19), une telle axiologie est absente du discours de Philinte. Ce dernier établit une règle comportementale de réciprocité sans jugement moral, exprimée au moyen d’une métaphore filée financière (« payer de la même monnoie » v. 4 « rendre pour » v. 5), très fréquente dans le discours mondain de l’époque.

 

Deux idéologies se dégagent des différents procédés mis en œuvre par ce dialogue : Alceste prétend défendre un héroïsme moral dont les règles s’imposent indépendamment des obligations sociales, et Philinte plaide pour une attitude raisonnable (on dirait plutôt aujourd’hui pragmatique) qui respecte les règles du jeu mondain. Devant cette structure antithétique, le lecteur se demande spontanément à qui donner raison, et quelle peut bien être la position de l’archi-énonciateur du dialogue. La question reste en suspens après une étude stylistique du passage : l’emphase d’Alceste tourne au ridicule, mais le discours de Philinte, en comparaison, est si peu éclatant qu’il semble impossible d’élire un favori.

 

 

 

  1. Comment le rythme de l’alexandrin sert-il le propos d’Alceste ? À quels endroits observe-t-on un affaiblissement de la césure ? Peut-on dire que le déploiement des phrases sur les vers tend à créer un effet de période ? (2 pt)

 

Le discours polémique d’Alceste est renforcé par la pression métrique de l’alexandrin. À l’échelle du vers, la disposition à la césure et à la rime met en valeur les figures de construction comme le chiasme (« affables donneurs » vs « caresses frivoles » v. 11) ou les jeux antithétiques (« civilités » vs « combat »). Les inversions, assez rares dans ce texte comique où le traitement du vers recherche plutôt un effet de naturel et d’oralité, sont toutes contraintes par la rime. Elles ne sont cependant présentes que dans les répliques d’Alceste, s’inscrivant harmonieusement dans la véhémence de son discours, et elles produisent des effets de mise en relief : « et qu’en homme d’honneur » v. 1, « avec tous » v. 13 « du même air » v. 14, « au premier faquin », v. 17. La périodicité de l’alexandrin met aussi en évidence les parallélismes de construction, d’un vers à l’autre : « faiseurs// donneurs//diseurs// » (v. 10-12). La régularité du tétramètre favorise également le style aphoristique, en rendant mémorables certaines formulations générales qui, mises en prose, ne seraient pas particulièrement brillantes : « On ne lâche aucun mot qui ne parte du cœur » v. 2, « il n’est point d’âme un peu bien située/Qui veuille d’une estime ainsi prostituée » v. 20-21. Réciproquement, la moindre variation au sein de cette régularité métrique, même si elle ne relève jamais de l’infraction aux règles classiques de la versification, devient saillante et expressive, comme la coupe 1-5 (« Non, je ne puis souffrir »), ou encore l’émiettement de l’alexandrin (« Non,/ non,/ il n’est point d’â//me »), qui mettent tous deux en valeur l’adverbe de négation.

 

Plusieurs affaiblissements de la césure, dus à un conflit (certes discret, au regard des libertés que prendra le xixe siècle) entre l’organisation syntaxique de l’énoncé et sa structure métrique, marquent l’emportement du discours d’Alceste. Au v. 8, la césure tombe au milieu d’une locution déjà figée au xviie siècle : « la plupart//de vos gens ». Aux v. 10-12 elle sépare le syntagme nominal de son complément prépositionnel alors que ce dernier comporte le trait sémantique le plus significatif de l’expression. Au v. 16, elle intervient à l’intérieur d’une énumération où la ponctuation des virgules la rend peu sensible : « amitié, foi,//zèle, estime ».  Aux v. 19-20, enfin, la césure sépare le syntagme nominal de sa caractérisation prédicative : « il n’est point d’âme//un peu bien située// Qui veuille d’une estime//ainsi prostituée », l’affaiblissement étant ici renforcé par la présence d’un e caduc élidé en fin d’hémistiche.

 

Enfin, l’ampleur de l’alexandrin favorise l’étoffement de la phrase à droite par figures de parallélisme, et produit un effet de période rendu sensible à l’oreille par la coïncidence du mètre et de la syntaxe. On pouvait dégager trois, ou bien quatre moules périodiques dans la tirade d’Alceste : le premier est structuré par un parallélisme syntaxique et sémantique entre les deux propositions négatives de la protase et de l’apodose : « Non, je ne puis souffrir » v. 7/ « Et je ne hais rien tant » v. 9. Une nette cadence majeure est assurée par l’amplification de l’apodose, (v. 10-14) au moyen de la sursaturation de la place du complément du nom.

L’interrogation (v. 15-19) forme elle aussi une période : la protase est amplifiée par l’hypozeuxe des trois subordonnées complétives, rendu sensible par la répétition du pronom « vous », tandis que l’apodose est formé d’un seul vers qui vérifie l’effet dysphorique traditionnellement associé à la cadence mineure, puisqu’elle coïncide ici avec la chute du registre de langue introduite par le mot « faquin ».

Enfin, même s’il était possible de compter deux périodes distinctes avec les phrases des vers 21-22 et 22-23, on considérera plutôt que l’ellipse du sujet grammatical au v. 21 : « Et la plus glorieuse [sous-entendu, l’âme] » donne à l’ensemble de ces quatre vers une forte unité sémantique (toute âme, raisonnable ou glorieuse, aspire à recevoir une estime sincère). Parfaitement carrée, comme on disait à l’époque de Molière, en raison de ses quatre membres d’égale longueur, cette période présente une cadence bien équilibrée qui met en valeur la figure d’expolition assurée par chacun des distiques, et produit ainsi un bel effet de clôture.

 

 

 

 

 

Proses de la première modernité (XVIIe-XVIIIe s.)

Édition régulière des résultats de recherche de mes enquêtes sur corpus:
-catalogue des recueils épistolaires imprimés (XVIe-XVIIIe siècles)
-patrons stylistiques de la prose fictionnelle de l’époque baroque (1580-1670)
-recherches sur la notion et les pratiques de la période rhétorique à l’époque dite “classique” (XVIIe-XVIIIe siècles)
-étude sur les procédures formelles de l’épistolaire en diachronie.